Linkedbyroad

BENTLEY FLYING SPUR W12 S

Prendre le volant d’une Bentley est toujours un moment privilégié. Porte ouverte, il y a d’abord cette odeur particulière émanant du cuir garni à la main reconnaissable entre mille. Il y a ensuite le moment où l’on y entre en prenant soin de ne pas salir le seuil en aluminium anodisé estampillé « W12 S ». Puis le réglage des sièges, de la direction, des rétroviseurs… Tout ce qu’on fait habituellement en roulant, ou au mieux lors du prochain arrêt feu rouge. Au volant d’une Bentley, le temps s’arrête malgré nous, mais sans que l’on ressente la moindre contrainte. C’est comme si elle nous prenait notre temps. Mais de quelle manière va-t-elle nous le rendre ? Voici quelques éléments de réponse après 6 jours d’essai et 772 photos.

Avant de quitter l’agence de Bentley Lausanne, j’ai pris soin d’emporter le catalogue du modèle qui me concerne : la Flying Spur. Cette berline de 5,3 mètres se place entre la Continental  – Le coupé Bentley par excellence – et la Mulsanne, plus luxueuse encore, qui existe même dans une version « Extended Wheelbase » de 5,9 mètres que nous avons pu tester l’année passée. De retour à la maison, je consulte ce livre de 123 pages afin de « prendre la température » de ce qui m’attend, mais aussi pour me remémorer tout le soin apporté à la fabrication de ces voitures d’exception que sont les Bentley. On y apprend notamment que les angles nets surplombant ses flancs sont le fruit d’une opération de superformage, consistant à chauffer l’aluminium à 500 degrés avant d’être formé à l’air comprimé. A l’intérieur, 17 teintes de cuir et 8 types de placages viennent compléter les 106 couleurs disponibles pour la carrosserie… à moins que vous ne préfériez créer la vôtre !

Le lendemain, les réjouissances peuvent commencer. Comme la neige est annoncée au Marchairuz, nous n’allons pas rater cette occasion de jauger les facultés de « l’une des meilleures tractions intégrales du monde » selon Bentley. Sur le trajet, Sébastien pestera sur l’absence de port USB pour recharger la caméra. Il y a pourtant 5 prises 12V allume-cigare (dont une dans le coffre), mais il faudra se procurer un adaptateur pour recharger un appareil USB. Pas non plus de caméra 360 degrés, de feux longue portée automatiques, ni encore moins de base de recharge sans fils… On dirait bien que Bentley a un train de retard sur la concurrence. Cela n’empêche pas la clientèle de débourser 182’500 euros (hors options) pour cette Flying Spur W12 S, car son attrait demeure bien ailleurs : prestige, raffinement, personnalisation sans limite, sans oublier la pièce maîtresse : un moteur W12 bi-turbo de 6.0L développant 635ch et 820Nm de couple. Une véritable espèce en voie de disparition à l’heure où tout le monde parle d’hybridation.

Lire la suite…

Par notre partenaire

1

louvet


Laisser une réponse