Linkedbyroad

Voiture autonome et si on disait non…

La conduite autonome est un signal très fort en matière d’automatisation. Pourquoi ? Car cela touche de près ou de loin tous les individus vivant dans les pays où l’automobile est un gros marché. On ne parle pas d’un prototype de robot en cours de développement dans le sous-sol d’une université. On parle de ce qui se passe sur nos routes, devant nos yeux, tous les jours. L’automobile fait partie du quotidien pour une bonne partie des Suisses, comme partout en Europe.

Certains constructeurs mettent déjà depuis quelques années l’accent sur le développement de véhicules autonomes. D’autres concentrent leurs efforts sur l’hybridation ou l’électrification de leurs modèles. Mais une chose est sûre : peu de voix s’élèvent contre la conduite autonome. Alors, le futur de la mobilité individuelle est-il déjà joué ? Comment se passerait la cohabitation entre des voitures sans conducteur et des voitures conventionnelles ? A terme, allons-nous perdre tout contrôle sur nos déplacements ? Il s’agit là de questions, j’ose le dire, « existentielles », pour le passionné de voitures et de conduite que je suis.

Conduire : un prolongement subconscient de la personnalité

En janvier 2017, Lexus a donné son avis sur la conduite autonome à travers un clip promotionnel qui illustre de manière efficace ce que nous risquons de perdre en nous laissant conduire par une machine :

 

Bien sûr, on peut penser que l’activité consistant à conduire un véhicule ne passionne pas la majorité des conducteurs, pour qui l’essentiel est de se rendre du point A au point B. Toutefois, à l’heure actuelle, les personnes prêtes à se laisser conduire par leur voiture seraient en nette minorité. C’est ce que montre une étude réalisée par Mazda auprès de quelques 11’008 clients, et dont les résultats ont été publiés en décembre 2017. Il en ressort notamment que seuls 33% des conducteurs seraient favorables à la généralisation des véhicules autonomes. En France, ce taux baisse même à 25%. En outre, 69% des sondés espèrent que les futurs véhicules pourront toujours être conduits par eux-mêmes, plus de la moitié de ceux-ci considérant la conduite comme un prolongement de leur personnalité !

Lire la suite…

Par notre partenaire

0

louvet


Laisser une réponse