Linkedbyroad

Emil Frey Racing remporte sa première victoire en Blancpain Endurance Series

Au terme d’une course pleine de rebondissement, la Lexus n°14 du Emil Frey Racing a franchi la ligne d’arrivée en premier, après avoir pris la tête de la course quelques virages auparavant, et l’équipe suisse a, ainsi, remporté sa première victoire en Blancpain GT Series.

Si la majeure partie de la course allait être dominé par la MacLaren n°59 du Garage 59, l’équipage de la GT britannique perdait toute chance de l’emporter lorsque l’équipe recevait une pénalité pour une infraction lors de leur dernier ravitaillement et laissait ainsi la place de leader à la Ferrari du Team SMP Racing. Mais, cette dernière ne gardait pas sa position longtemps suite à un problème de suspension qui obligeait l’équipe russe à l’abandon.

Dès lors, et malgré une position sur la grille peu avantageuse, c’est la Bentley officielle n°8 qui récupérait la place de leader et semblait bien partie pour l’emporter dans la nuit du Castellet. Mais, Jules Gounon, alors au volant pour le dernier relais de la voiture, devait contenir Albert Costa qui effectuait le dernier relais de la Lexus du Emil Frey Racing.

Et, le pilote espagnol allait trouver la faille dans le dernier tour, le pilote de la Bentley devant en plus faire face à un petit problème de capot, et la Lexus prenait la tête tout en ayant effectuait une belle course, l’équipage Marco Seefried/Christian Klien/Albert Costa ayant été aux avant-postes tout au long des 6h de course. La Bentley n°7 termine deuxième à un peu plus de 2 secondes la McLaren n°58 du Garage 59 complétant le podium, alors que la Mercedes n°88 du Team Akka Asp, où l’on retrouve Raffaelle Marciello, terminait au pied du podium.

Albert Costa : « Je suis encore dans mes rêves. Quand j’ai eu le message radio que la Ferrari n°72 avait un souci, je n’arrivais pas à croire que j’étais deuxième. Je me suis mis à attaquer, mais je voulais aussi ne pas user mes pneumatiques, car il restait 40 minute de course. J’ai remarqué que Jules était très rapide dans le premier secteur, mais je me suis, aussi, rendu compte que sa voiture talonnait et perdait beaucoup de vitesse. La Lexus était rapide dans le dernier secteur et je suis parvenu à réduire l’écart, six tours durant et de finir à le rattraper. Je suis vraiment très fier de mes coéquipiers et de toute l’équipe Emil Frey Racing, surtout quand vous savez d’où nous sommes partis. »

Lire la suite…

Par notre partenaire

0

louvet


Laisser une réponse