Linkedbyroad

FIA WEC – Rebellion s’impose aux 6 Heures d’Austin

Lone Star Le Mans. Telle a été l’appellation officielle des 6 Heures d’Austin disputées sur le Cota, the Circuit of the Americas. Ce circuit des Amériques a vu dimanche soir la Rebellion R13 de l’écurie Rebellion Racing, qui court sous pavillon suisse, fêter sa deuxième victoire de la saison 2019-2020 du championnat du monde d’endurance FIA WEC. Le pilote vaudois Sébastien Buemi est quant à lui monté sur la 2e marche du podium, à 51 secondes des vainqueurs.

Pilotée par le Brésilien Bruno Senna, le Français Norman Nato et l’Amércain Gustavo Menezes (photo ci-contre, de gauche à droite, avec Hugues de Chaunac, le directeur d’Oreca, et Calim Bouhadra, le directeur de Rebellion), qui avaient réalisé le meilleur temps des essais, la Rebellion R13 s’est imposée avec très exactement 51’’524 d’avance sur la Toyota numéro 8 dont le Vaudois Sébastien Buemi partageait le volant avec le Néo-Zélandais Brendon Hartley et le Japonais Kazuki Nakajima. Quant à la troisième place, elle est revenue à la Toyota numéro 7 – confiée au Britannique Mike Conway, au Japonais Kamui Kobayashi et à l’Argentin Pechito Lopez – qui a terminé à deux tours des vainqueurs et qui était encore plus pénalisée que la numéro 8.

Afin d’entretenir artificiellement le suspense, la FIA équilibre les performances des différentes forces en présence en attribuant un lest qui pénalise les voitures les mieux placées au championnat. Les Toyota numéro 7 et numéro 8 devaient ainsi rouler à Austin à respectivement 2’’77 et 2’’21 de leurs chronos théoriques, alors que la Rebellion numéro 1 n’était pénalisée que de seulement 0’’55. Du coup, les chances de s’imposer des Toyota était considérablement réduites. Elles devaient en effet espérer que le Rebellion Racing ne réalise pas une course parfaite.

Or, le trio Menezes-Nato-Senna et leurs mécaniciens ont bel et bien réalisé un sans faute au Texas. Cela pour le plus grand plaisir d’Alexandre Pesci qui a relevé qu’il était «très fier de cette victoire due à une parfaite stratégie et à un non moins parfait travail de l’équipe». Le président et propriétaire de Rebellion ajoutait en outre que cette victoire, survenue une semaine après l’annonce que son équipe se retirerait du sport automobile après les 24 Heures du Mans de cette année, « permettait de prouver une nouvelle fois que Rebellion était une équipe sérieuse, disciplinée et professionnelle. »

Lire la suite…

Par notre partenaire

0

louvet


Laisser une réponse