Linkedbyroad

ALFA ROMEO GIULIA QUADRIFOGLIO MY2019

Déjà quatre ans ont passé depuis la présentation de l’Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio au Salon de Francfort en 2015. Rapidement adulée par de nombreux passionnés, cette auto est déjà passée entre nos mains à deux reprises. D’abord équipée de la boîte manuelle à 6 rapports – l’unique transmission disponible à ses débuts – puis avec la boîte automatique ZF à 8 rapports qui a fini par s’imposer, Alfa Romeo ne proposant plus la boîte manuelle. Aujourd’hui, que reste-t-il de cette berline de 510 chevaux et comment se place-t-elle face à la concurrence ? Tour d’horizon entre automne et hiver.

Depuis la sortie de la Giulia Quadrifoglio et son record sur le célèbre circuit du Nürburgring 7:32’, peu de voitures ont réellement changé la donne. La BMW M5 Compétition (625ch), bien que plus performante en chiffres, s’y est cassé les dents. La Jaguar XE SV Project 8 (592ch) a quant à elle établi le nouveau record des berlines 4 portes en 7:18’, mais dans une configuration arceautée et sans les sièges arrière. Enfin, la Mercedes-AMG GT 63 S (639ch) a claqué un respectable 7:25’. Mais toutes ces voitures sont des tractions intégrales et la moins puissante surclasse l’Italienne de 82ch… Le chrono de la Giulia est donc toujours d’actualité et illustre ses qualités en matière de liaisons au sol. Elle est également plus légère que ses concurrentes avec 1’620kg à vide.

Repasser au crible une voiture déjà vue et revue est un exercice risqué. Au risque de paraître « réchauffés », nos propos se doivent d’exprimer le même sentiment, sans toutefois répéter ce qui a déjà été dit. Je passerai donc sur les aspects techniques et purement descriptifs pour me concentrer sur les évolutions et la conduite.

Les adeptes de nouveautés risquent d’être déçus : la Giulia Quadrifoglio n’a pratiquement pas changé depuis son arrivée sur le marché. Ceux qui attendent une version à traction intégrale ou un break façon Audi RS4 peuvent directement fermer cet onglet. De série, la seule évolution concerne l’Apple Car Play alors qu’en option, un toit en carbone (CHF 2’500.-) et une banquette arrière rabattable (CHF 450.-) ont fait leur apparition. Sans cette dernière, impossible de se rendre aux sports d’hiver avec la Giulia Quadrifoglio qui ne possède pas de trappe à ski et qui n’accueillera que 2 passagers à l’arrière, contre 3 avec la banquette rabattable.

Lire la suite…

Par notre partenaire

0

louvet


Laisser une réponse