Linkedbyroad

Honda Civic Type R 2017

Dévoilée lors du dernier Salon International de l’Automobile de Genève, la nouvelle Honda Civic Type R (type FK8) va débarquer dans les concessions suisses le premier week-end de septembre, soit deux ans seulement après l’arrivée de sa devancière. Pour vous, nous avons eu la chance de mesurer ses capacités lors d’un premier essai en Allemagne sur des véhicules de présérie. Mais finalement, en si peu de temps, qu’est-ce qui change vraiment ?

L’arrivée d’une berline sportive sur ce marché très concurrentiel suscite toujours beaucoup d’intérêt. Et c’est encore plus le cas lorsqu’il s’agit d’une voiture charismatique. Et ça, notre candidate du jour en a à revendre ! Plaire à tout le monde, ce n’est pas son truc à elle. Elle, ce qu’elle veut, c’est affirmer son tempérament de feu et ne laisser planer aucun doute sur sa vocation.

A peine l’ai-je aperçue dans la cour de l’hôtel que la première impression que j’avais eue à Genève se confirme. La Honda Civic Type R FK8 est toujours aussi exubérante, mais le fait qu’elle soit plus basse de 3.5cm et plus longue de 16cm que la FK2 change la donne : avec ses 4.55m, il ne s’agit plus d’une voiture compacte. Elle parait incontestablement plus large et plus basse, et porte ainsi mieux ses artifices, comme ce nouvel échappement central surdimensionné ou son toit profilé comme les ailes d’un avion. Si il faut avoir une sacrée audace pour dessiner une telle auto, il faut être carrément culotté pour oser la mettre en production ! Cependant, Yuji Matsumochi, « Assistant Large Project Leader » de la marque, nous assure lors de la présentation que tous les appendices, rajouts, prises d’air, etc. ont une fonction particulière sur la voiture et contribuent à en faire la seule voiture de série actuelle dont la force de portance globale est négative.

Techniquement, il s’agit toujours d’une traction dont les roues avant sont entraînées par le même 4 cylindres 2.0L Turbo affichant désormais 320ch (10ch de plus que le modèle précédent grâce au nouvel échappement) contenus par un différentiel à glissement limité mécanique. Toujours pas de boîte séquentielle, mais avec une commande de boîte aussi courte, ferme et précise – le maniement est identique au modèle précédent – il serait tout bonnement incompréhensible de vouloir s’en passer. Ce d’autant plus que cette dernière réserve une nouveauté intéressante, à savoir la fonction de rev-matching, déjà rencontrée sur les Porsche Cayman GT4 ou Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio par exemple.

Lire la suite…

Par notre partenaire

0

louvet


Laisser une réponse