Linkedbyroad

INFINITI Q60S 3.0t

Apparu en 1989, Infiniti est un constructeur japonais créé par Nissan, qui souhaitait par ce biais cibler une clientèle plus aisée en quête de performances et de raffinement, alors que Nissan se concentrait sur un marché généraliste. Si le succès est rapidement au rendez-vous sur les continents américain et asiatique, Infiniti n’exporte pas ses véhicules en Europe jusqu’en 2008. Dix ans plus tard, les chiffres révèlent à quel point il est difficile de bousculer un marché très attaché à ses repères : Infiniti n’a immatriculé que 286 véhicules en 2017 sur sol helvétique ! D’un autre côté, cet état de fait leur procure encore plus d’exclusivité, surtout en ce qui concerne le coupé Q60, qui n’est logiquement pas, vu son segment, le modèle le plus plébiscité de la marque. Nous avons pu essayer ce coupé quatre places dans sa version la plus délurée, à savoir la Q60S dotée d’un moteur V6 3.0L bi-turbo développant 405ch.

De l’extérieur, l’élégance prime sur la sportivité, grâce aux nombreuses parties chromées comme la calandre et les contours des vitres, plus prononcés au niveau de la custode arrière. Les jantes anthracites de 19 pouces se marient parfaitement avec la couleur « Sunstone Red » de notre voiture d’essai dont il me tarde de prendre le volant. Comme à l’extérieur, la présentation de l’Infiniti Q60S est très soignée dans l’habitacle, où l’on retrouve notamment un cuir lisse d’excellente facture et deux grands écrans tactiles entourés de placages en carbone sur la console centrale. Si le raffinement est de mise, le design reste plus consensuel que ce que pourraient laisser penser ses lignes extérieures.

L’une des grandes nouveautés mise en avant par Infiniti est sans doute l’apparition en première mondiale de la direction « Direct Adaptative Steering ». La révolution demeure par le fait qu’il n’y a aucun lien mécanique entre le volant et les roues (sauf en cas de défaillance du système), ce qui n’offrirait que des avantages si l’on en croit les arguments de la marque. Si cette technologie est imposée sur les versions Sport (tant sur le 2.0t que le 3.0t), la version Premium 2.0t n’en est pas dotée de série.

A l’utilisation, c’est sans surprise que cette direction sans lien mécanique entre le volant et les roues manque de feeling, mais très franchement, ce n’est pas vraiment pire que certaines directions à assistance électro-hydraulique. J’y reviendrai.

Lire la suite…

Par notre partenaire

0

louvet


Laisser une réponse