Linkedbyroad

Nissan GT-R

La voici devant nous, cette fameuse Nissan GT-R dont on avait tant entendu parler. Notamment lorsqu’elle avait signé en 2013 un nouveau record du tour au Nürburgring en 7’08’’679. Un chrono époustouflant qui lui avait permis de confirmer son titre de voiture à quatre places la plus rapide du monde et de laisser derrière elle de nombreuses supercars.

La Nissan GT-R qui nous attend chez le concessionnaire Pacific Motors de Zurich est magnifique dans sa couleur orange katsura. Revue et corrigée pour le millésime 2017, elle a fait l’objet de deux ans d’études dans la soufflerie du groupe Lotus en Europe, puis de 18 mois d’optimisation au Japon. Elle dispose d’une nouvelle calandre en V avec une entrée d’air élargie, d’un capot moteur renforcé et de bas de caisse redessinés. Le châssis a été renforcé et la puissance de son moteur V6 biturbo de 3,8L est passée de 550 à 570ch. Les performances annoncées par le constructeur sont phénoménales : 2,8 secondes pour le 0 à 100km/h et 315km/h en vitesse de pointe.

Ses quadruples sorties d’échappement en titane sont entourées de nouvelles prises d’air. Si le tour de la bête est terminé, on n’oubliera pas de soulever le capot. Doté de deux turbocompresseurs, le moteur de la Nissan GT-R est maintenant équipé d’un alésage pulvérisé au plasma en remplacement des chemises en fonte. « Cela permet de réduire les frottements, diminuer le poids, accroître la puissance et abaisser la consommation d’essence », assurent les techniciens de Nissan. Le nom de l’un d’entre eux, Hiroyuki Ichikawa, figure d’ailleurs sur le moteur. Chaque propulseur est en effet entièrement assemblé à la main par un maître artisan appelé takumi au Japon.

Ce soin du détail se retrouve à l’intérieur de la voiture, en particulier dans notre modèle d’essai « Prestige Edition » équipée du cuir Nappa. Celle-ci est facturée à CHF 125’900.-, contre CHF 119’900 pour la GT-R de base. L’ergonomie du tableau de bord a également été revisitée. Le Nissan Connect et les commandes audio intégrées ont en effet permis de faire passe de 27 à 11 le nombre de boutons. Un nouvel écran tactile 8 pouces affiche de larges icônes. Il permet au conducteur de personnaliser la configuration des indicateurs de performance du véhicule (vitesse, température du liquide de refroidissement, température de l’huile moteur…). S’il n’y avait pas de volant, on se croirait devant le tableau de bord d’un hélicoptère.

Par notre partenaire

0

louvet


Laisser une réponse